Monastère Saint Silouane

Ecouter la Parole de Dieu

21/10/2018 Lc VIII, 5-15
Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Amen
La parabole que le Seigneur nous propose est livrée avec une explication qu’il donne à ses apôtres, ce n’est donc pas utile de recommenter cette parabole dans son sens profond que nous avons compris. Il y a derrière tout cela évidemment une grande leçon de la part du Christ, une insistance même, afin que nous comprenions, comme l’ont compris les apôtres, que la Parole de Dieu est importante. La Parole de Dieu se manifeste dès l’Ancien Testament et prend toute son ampleur lorsque cette Parole, le Logos, le Fils de Dieu apparaît sur la terre et prononce tous les mots que nous connaissons. L’important du message évangélique d’aujourd'hui, peut-être, c’est que nous comprenions que nous devons écouter, écouter la Parole. Dans l’Ancien Testament il est dit « Ecoute Israël ». Le Seigneur Jésus dira à plusieurs reprises : « Ecoutez-moi vous tous ». Dans la règle de Saint Benoît il est dit : « Ecoute, ô mon fils ». Ecouter c’est ce que fait le petit enfant dès qu’il est né. Il ne pourra s’exprimer, il ne pourra dire une parole que lorsqu'il aura écouté, entendu ; il répétera d’abord puis il comprendra, puis il s’exprimera librement avec les mots qu’il aura assimilé dans son propre cœur et dans son propre intellect. Alors, pour la Parole de Dieu il en est ainsi. Nous l’entendons peut-être mais l’écoutons-nous ? C'est-à-dire cette parole a-t-elle une résonnance dans notre cœur, dans notre âme, dans notre être, dans notre vie ? Est-ce une parole pieuse, sympathique, quelque fois un peu difficile à entendre ou bien est-ce une Parole qui entre, qui pénètre dans notre cœur, qui est en quelque sorte digérée, assimilée à notre vie ? Est-ce que la Parole de Dieu entre parce que je l’ai écoutée ? Lorsque le Seigneur apparaît sur la terre toutes ses Paroles, toutes ses paroles divines nous sont offertes, elles nous sont offertes pour que nous grandissions, que nous grandissions selon l’Esprit-Saint dans l’amour de Dieu. C’est pour cette raison que, dans l’Eglise, la Parole de Dieu est toujours respectée rituellement, mais rituellement cela veut dire réellement ; le rite en lui-même n’est que le reflet de la réalité profonde : on ne retire pas de l’autel l’Evangile, sauf quand on le lit mais on le remet tout de suite sur l’autel, il ne quittera pas l’autel ; un autel sans Evangile est un autel auquel il manque quelque chose d’essentiel, la Parole. On vénéré l’évangéliaire, c'est-à-dire on vénère la Parole de Dieu et quand nous ouvrons dans notre chambre, dans notre cellule le livre des Evangiles ou la Bible, nous l’embrassons avant de commencer à lire, à entendre, à écouter et quand nous avons terminé, nous vénérons et nous embrassons notre livre saint. Le livre est saint parce que la Parole est sainte ; c’est toute la sainteté de Dieu qui arrive en nous, c’est toute la sainteté de Dieu qui vient nous imbiber comme une éponge qui a besoin d’eau. Alors, tout la question, et c’est bien là le sens de la parabole, qu'est-ce que nous faisons de cette Parole ? Amen