Monastère Saint Silouane

Nativité de la Mère de Dieu

Nativité de la Mère de Dieu
Luc X 38-42, XI 27-28  Nativité de la Mère de Dieu

Au Nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Amen

« Heureux plutôt ceux qui écoutent la Parole de Dieu et qui la garde ». C’est ainsi que se termine la péricope évangélique de cette fête de la Nativité de la Mère de Dieu que nous célébrons en ce jour. Sans aucun doute si ce passage de l’Evangile a été retenu pour cette fête et particulièrement si ce passage se termine par cette phrase c’est parce que la Mère de Dieu incarne de manière quasi parfaite ce que le Seigneur a dit: « Heureux ceux qui écoutent la Parole de Dieu et qui la gardent ». Car une chose est d’écouter la Parole de Dieu, nous l’écoutons souvent, tous les dimanches, dans la semaine, aux Offices, aux Liturgies, dans notre chambre, notre cellule, chez nous. Oui, nous écoutons la Parole de Dieu mais toute la problématique est de la garder. Que signifie « garder la Parole de Dieu » ? Il ne s’agit pas de l’apprendre par cœur, encore que ceci ne soit pas inutile, mais il s’agit surtout de la laisser entrer dans notre cœur, c'est-à-dire dans notre vie, dans notre être profond. Que la Parole de Dieu soit non pas une belle parole parmi d’autres – et il y en a beaucoup sur cette terre – mais qu’elle soit une parole qui résonne de telle sorte que notre vie soit dynamisée, orientée, réorientée vers l’essentiel qui est la glorification de Dieu et pour nous, l’union à Dieu. Car si nous fêtons aussi solennellement la Nativité de la Mère de Dieu c’est tout simplement que par cette nativité le Seigneur Jésus nous offre le salut. Par cette nativité de quelqu'un de notre race, eh bien, toute faute sera effacée et tout sera possible pour que l’homme devienne Dieu puisque Dieu deviendra homme. En choisissant quelqu'un de notre race le Seigneur a voulu nous faire comprendre que malgré que ce soit aussi quelqu'un de notre race qui ait fait chuter l’humanité entière dans la faute primitive - que ce soit Eve ou Adam, ceci n’a pas d’importance, les deux étaient responsables – mais si c’est quelqu'un de notre race qui nous a fait chuter, c’est quelqu'un de notre race qui va permettre que le salut soit annoncé au monde. C’est une grande fête que l’Eglise a retenue parce que sans la nativité de la Mère de Dieu nous ne serions pas chrétiens. Sans la nativité de la Mère de Dieu aucun homme sur cette terre ne pourrait être sauvé. Sans la nativité de la Mère de Dieu, nous ne pourrions pas appréhender ce mystère du salut.
Alors revenons quelques secondes sur cette dernière phrase « Heureux ceux qui écoutent la Parole de Dieu et qui la gardent ». La Mère de Dieu a écouté la Parole de Dieu dès qu’elle fut envoyée au temple plus particulièrement pour y servir, elle entendait la Parole de Dieu tous les jours, elle la lisait, elle la méditait et elle la gardait dans son cœur. Elle la gardait avec une telle intensité que lorsque l’ange, plus tard, lui apparaîtra pour lui dire qu’elle sera la Mère de notre Dieu, après la surprise première ,et légitime, elle acceptera et son oui entraînera toute l’humanité dans la joie du salut. Voyons combien la méditation et la Parole de Dieu et la mise en action de cette Parole en nous a une importance capitale puisque en cette petite fille qui entre au temple et qui médite cette Parole nous est apporté le salut. Car nous sommes nous aussi porteur, chacun à notre niveau, de l’annonce du salut. Le salut est acquis, une fois pour toute, nous n’avons pas à revenir sur cet évènement, mais nous nous avons la responsabilité de garder dans nos cœurs l’annonce du salut et d’en vivre. Car garder dans nos cœurs la Parole comme un trésor fermé à triple clé, cela ne servirait à rien mais garder dans nos cœurs cela signifie méditer, penser, réfléchir, prier la Parole de Dieu et en vivre de telle sorte que ceux qui nous voient, ceux qui ont l’occasion de nous rencontrer puissent se dire qu’il y a quelque chose de particulier en nous. Nous n’avons pas besoin d’expliquer pourquoi sauf si on nous le demande. Nous n’avons pas besoin de crier partout que nous sommes chrétiens, ceci n’est pas utile. Nous avons besoin de vivre en chrétiens, ce qui est beaucoup plus difficile mais ceci est possible puisque la Mère de Dieu l’a vécu, puisque ceci nous est offert comme référence, comme cadeau de Dieu. Alors soyons dans la joie et dans l’allégresse et avec la Mère de Dieu disons « Mon âme magnifie le Seigneur et mon esprit se réjouit en Dieu mon Sauveur ».
Amen