Monastère Saint Silouane

Saint Nicolas

Saint Nicolas
6/12/2016      Luc XVI,


Au Nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen
Nous fêtons aujourd'hui Saint Nicolas qui est sans aucun doute un saint qui est fêté dans tout l’univers. C’est un peu mystérieux car on ne connait pas grand-chose de sa vie. On sait qu’il a été évêque de Myre, un pays qui maintenant fait partie de la Turquie, qu’il a été présent à un des Conciles œcuméniques où il a joué un rôle important contre l’hérésie d’Arius qui se propageait à ce moment-là, ou commençait à se propager, mais on ne sait pas grand-chose d’autre sinon qu’il a réalisé beaucoup de miracles et notamment beaucoup de miracles pour ceux qui voyageaient et, à l’époque, les voyages se faisaient souvent par voie de mer. Il a souvent sauvé du naufrage des équipages entiers qui se trouvaient sur des bateaux. C’est pour cette raison que les marins l’ont pris pour saint patron et que, par extension, tous les voyageurs prennent Saint Nicolas comme saint protecteur. Peut-être avez-vous remarqué que, sur l’icône qui est au milieu de l’église aujourd'hui et qui le représente, il y a quelque chose de particulier peu fréquent dans l’iconographie, presque mystérieux. En effet, si vous regardez de près cette icône, vous voyez que le visage est tourné vers la droite et que le regard est tourné vers la gauche, ce qui n’est pas une norme iconographique habituelle.  Je me souviens d’avoir montré cette icône au grand professeur Leonid Ouspensky pour lui demander quelle était la raison de cette anomalie apparente. Il n’a pas trouvé d’autre réponse à me donner que celle-ci : probablement que le peintre avait reçu cette icône en commande pour une deisis qui est une icône d’intercession, un ensemble d’intercession, et qu’au dernier moment on a voulu changer la place de Saint Nicolas. Au lieu de le mettre vers la droite, on l’a mis vers la gauche. On a donc gardé son visage tourné vers la droite mais comme il était à gauche on a tourné le regard vers le Christ, de l’autre côté. Alors pour nous, si nous transposons cette petite histoire anecdotique, si nous transposons cette histoire, il y a peut-être une leçon à tirer. Quel que soit le côté vers lequel nous nous tournons, pour regarder telle ou telle personne, tel ou tel évènement, l’important est de tourner notre regard vers le Christ, toute notre vie. Nous sommes portés naturellement par notre nature à porter nos regards humainement, c'est-à-dire comme je l’ai dit dimanche dernier, à porter des jugements de rejet, de mépris, voire de condamnation. Et nous oublions que celui ou celle que nous rejetons et que nous avons regardé auparavant est le reflet du Christ, l’image du Christ car tous nous avons été créés à l’image et à la ressemblance de Dieu. Alors c’est peut-être la leçon d’aujourd'hui, que Saint Nicolas nous offre : lorsque nous rencontrons notre frère ou notre sœur dans notre communauté, dans notre famille, dans notre village, dans notre paroisse, peu importe l’endroit, interrogeons-nous. Regardons-nous l’image du Christ qui est en lui ou en elle ou nous arrêtons-nous à l’image plus ou moins illusoire que nous voyons ? Il nous faut demander, dans la prière, et dans la prière constante, d’avoir ce regard qui va au-delà du regard humain, qui demande une grâce particulière et c’est pour cela que nous prions pour obtenir cette grâce de pouvoir regarder notre frère ou notre sœur comme la belle image du Christ présent au milieu de nous.
Amen