Monastère Saint Silouane

Saint Jean-Baptiste humilité

5/1/2020 Mc I, 1-8

A
u nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Amen
Dans l’Evangile que nous venons d’entendre, la figure principale dont il est question c’est Jean le Baptiste, le cousin du Christ, qui préparait ceux qui le souhaitaient à se convertir et à s’approcher du Christ. Ce qui marque la figure de Jean-Baptiste c’est, fondamentalement, sa discrétion, son humilité, il s’efface, nous l’avons entendu dans l’Evangile ; il dit lui-même qu’il n’est pas digne de délier les courroies des sandales du Christ qui va venir après lui et qui est plus grand que lui ; et Jésus le considérait comme un grand prophète, comme quelqu'un qui vivait une vie ascétique extrêmement sérieuse, retiré dans les montagnes et les déserts, se nourrissant de peu de choses et menant une vie de prière intense. C’est Jean qui a dit : il faut qu’Il croisse et que je diminue ; cette petite phrase pourrait nous servir de direction spirituelle pour toute notre vie car si nous sommes sur terre c’est pour apprendre à accueillir le Christ et pour accueillir le Christ il faut que nous apprenions à vivre humblement, à ne pas nous considérer comme étant les premiers en tout, en ne cherchant pas la gloire, en ne cherchant pas la puissance mais en se dépouillant de ce que St Paul appellera le vieil homme c'est-à-dire tout ce qu’il y a en nous de souillé, de dénaturé, pour laisser la place au Christ ; il faut que nous apprenions sur cette terre, progressivement certes, parce que le Seigneur est patient et que nous ne pouvons tout faire d’un coup et certainement pas sans sa grâce, il faut que nous apprenions à nous vider de nous-mêmes mais du « nous-mêmes » qui est égo : moi, je, pour laisser la place au Christ, pour Le laisser vivre en nous, pour laisser sa Parole entrer dans notre coeur et que nous puissions en vivre. Oui, Jean-Baptiste, Saint Jean-Baptiste est une grande figure, une grande figure de l’Ancien Testament, à la jonction avec le Nouveau Testament, le dernier des prophètes, le dernier des annonciateurs ; c’est pour cette raison qu’on le représente quelque fois sur les icônes avec des ailes comme pour les anges car le mot « ange » signifie « celui qui annonce » ; et c’est celui qui est le dernier grand annonceur de la venue du Christ mais il le fait avec tant de simplicité, d’humilité, d’amour de ceux qui l’entouraient les conseillant, les guidant ; beaucoup sont venus près de lui pour l’interroger : « Que dois-je faire ? » Il leur répondait : « Vis correctement selon les commandements, contente-toi de ta solde de soldat, n’aie aucune concupiscence en toi, ne cherche pas la richesse, etc. » Oui, Jean-Baptiste est un modèle pour nous, un repère, un phare dont il faut nous souvenir souvent ; c’est pour cette raison qu’il est toujours sur l’iconostase avec la Mère de Dieu ; c’est l’un des personnages les plus importants après la Mère de Dieu ; on le représente comme l’intercesseur, avec la Mère de Dieu de l’autre côté, entourant le Christ et priant pour nous ; quelle est donc sa prière ? Sa prière c’est « qu’ils apprennent à Te laisser croître en eux et à diminuer en eux-mêmes » ; c’est cela la prière de Saint Jean-Baptiste ; ce n’est pas facile car nous avons en nous de l’orgueil, de l’égoïsme, une nature déchue, nos péchés mais le Christ a dit : « Ce qui est impossible à l’homme, ce qui est difficile à l’homme, c’est possible pour Dieu » ; c’est pour cette raison que nous devons beaucoup prier, prier régulièrement, sincèrement, non pas en rabâchant des prières, ce n’est pas cela la prière ; la prière c’est un acte qui nous unit à Dieu, qui nous rend Dieu présent et qui nous donne la possibilité d’être en communion avec Lui sous une forme ou sous une autre ; c’est pour cela que, mise à part la prière Liturgique que nous faisons en commun et qui doit être organisée, dans nos chambre, dans nos cellules, nous pouvons prier comme nous le voulons, peu importe la forme ; nous avons à notre disposition beaucoup de choses, des prières qui sont pré-écrites dans des livres, nous avons les psaumes, ces merveilleux psaumes dans lesquels nous pouvons nous glisser à tout moment pour dire ce que nous ressentons face au Seigneur ; nous avons la prière de Jésus, cette formule orientale qui est devenue d’ailleurs occidentale heureusement et qui, en définitive, résume tout l’Evangile, toute l’attitude que nous devons avoir en face du Christ : être humble, reconnaître nos faiblesses, pas d’une manière où on se méprise comme si nous n’étions rien … nous n’étions rien au début et de ce rien Dieu a fait l’homme et l’homme a péché, l’homme a péché par orgueil ; c’est pour cette raison que Jean -Baptiste insiste sur l’humilité : il faut que vous diminuiez pour laisser la place au Christ qui doit grandir en vous et quand le Christ grandit en nous, nous ressentons alors une joie profonde et une paix profonde qui s’installe et qui nous dit : « Continue, continue, tu es sur le vrai chemin, sur la vraie voie, c’est celle que Jea-Baptiste nous enseigne, c’est celle que le Christ nous enseignera, c’est celle que Dieu attend de nous et si nous suivons cette voie alors les portes de l’Eternité sont déjà entrouvertes pour nous ».
Amen