Monastère Saint Silouane

Jean le B. Obéissance et humilité

29/8/2018 Décollation de Saint Jean-Baptiste Mc VI, 14-30


Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Amen
Nous fêtons aujourd'hui Saint Jean le Baptiste, une des plus grande figure que nous puissions connaitre qui est à la charnière de l’Ancien Testament et du nouveau. La Tradition veut que Saint Jean le Baptiste soit un modèle pour tous les moines – c’est aussi un modèle pour tous les chrétiens – un modèle pour tous les moines parce que ce qui le caractérise c’est à la fois son retrait du monde puisqu’il vivait dans le désert, mangeant peu, s’habillant sobrement et vivant dans la prière. Il est aussi modèle parce qu'au travers du rôle qu’il avait à jouer comme annonciateur de la venue du Christ-Jésus son cousin, il le fait avec une très grande humilité. Il dit : « Je ne suis pas digne de délier ses sandales ».
Il annonce le Christ ; le Christ veut être baptisé par lui et Jean refuse, toujours par humilité car il sait que le Christ est plus grand que lui, qu’il est le Fils de Dieu mais il obéit à l’injonction du Christ. C’est là aussi où il est une image forte du monachisme : l’humilité d’une part et obéissance d’autre part : il ne discute pas, il ne demande rien, il n’exige rien ; il vit là où il est, dans les circonstances qui lui sont proposées par la vie et il sera ensuite emprisonné puis tué comme on vient de l’entendre. Autrement dit, c’est quelqu'un qui donne sa vie jusqu’au bout. Or lorsqu'on rentre dans le monachisme ce n’est pas pour s’épanouir, c’est pour donner sa vie dans l’humilité la plus grande possible et dans l’obéissance, dans la simplicité de vie en accueillant les évènements, les paroles, ceux qui nous entourent comme le faisait Jean le Baptiste. Oui, il est un repère pour chacun d’entre nous qui que nous soyons, il est un modèle et nous devons le prier ardemment pour qu’il nous aide à accomplir ce que Dieu attend de nous, non pas ce que nous nous voulons réaliser mais ce que Dieu attend de nous. Il savait ce que Dieu attendait de lui : il n’a jamais cherché à se réaliser, il a pris les moyens basiques, traditionnels même, de ceux qui se retiraient dans le désert pour y prier le Seigneur et vivre une vie d’ascèse, une vie qui accueillait toutes les vicissitudes du quotidien, les difficultés qui, sans aucun doute, furent nombreuses puis, le moment venu, il obéit à Dieu et il prêche un baptême de repentance pour que ceux qui attendaient le Seigneur soient préparés. Puis il s’efface, il disparaît. C’est pour cela que c’est la plus grande image du monachisme. Lorsque l’on rentre dans un monastère appelé par Dieu il nous faut essayer, comme Jean Baptiste de vivre dans l’humilité, dans l’obéissance, dans l’abandon à la volonté de Dieu au travers de tout ce qui nous entoure, les évènements, les personnes : accepter. C’est difficile d’accepter et puisque Jean a réussi, avec l’aide de la grâce de Dieu, cela veut dire que cela est possible à tous les hommes et toutes les femmes de la terre.
Que Jean le Baptiste intercède pour chacun et chacune d’entre nous pour que nous soyons en accord avec la volonté de Dieu pour nous.
Amen