Monastère Saint Silouane

Repentir confession

10/1/2021 Mth IV, 12-17

A
u nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Amen
En commençant sa vie publique le Seigneur Jésus nous enseigne au travers d’une parole extrêmement importante même si elle n’est pas toujours facile à vivre. « Repentez-vous car le Royaume des Cieux est proche ». Alors on peut se demander pourquoi Jésus dit cela alors que, dans notre esprit, le Royaume des Cieux c’est au moment où l’Eternité commencera donc on a le temps de se repentir ; pourquoi se précipiter ? En fait c’est une fausse interprétation car le Royaume des Cieux – Jésus le dire d’ailleurs plus tard – est déjà ici-bas. En effet, vous avez entendu tout à l’heure, lorsqu'on a commencé la Divine Liturgie, le prêtre a béni, avec l’Evangile, l’autel en disant « Béni est le Royaume du Père, du Fils et du Saint-Esprit ». Il n’a pas dit « Béni sera le Royaume » mais béni est le Royaume c'est-à-dire que nous sommes déjà dans le Royaume et tout particulièrement pendant la Liturgie, ce temps sacré, où nous entrons véritablement en communion avec le Père, le Fils et l’Esprit Saint pour puiser dans leur amour celui qui nous est nécessaire. Alors repentez-vous. Comment se repentir ? C’est tout un programme de vie ; effectivement on se demande toujours comment on va faire pour se repentir. Et bien il faut prendre conscience dans les premiers temps de ce que nous avons aussi entendu dans cet Evangile que la Lumière est venue dans ce monde, que la lumière c’est le Christ Jésus ; c’est Lui qui nous éclaire, c’est Lui qui nous permet aux uns et aux autres de voir clair dans notre coeur, dans notre âme et, à partir de là de voir ce qui ne convient pas et ce qu’il faudrait faire ; si le Seigneur Jésus nous éclaire ou plus exactement si nous nous laissons éclairer par Lui, notamment au travers de sa Parole, nous pouvons déjà voir si nous sommes en correspondance avec ses commandements, avec ses propositions, avec son exemple, avec sa vie ; pratiquement personne sur terre ne pourra dire : « Oui, je suis complètement en correspondance avec tout cela » ; ce serait de l’hypocrisie ; même les saints n’ont pas été parfaits ; la sainteté n’est pas en état de perfection mais un désir de perfection, un désir qui grandit au fur et à mesure que l’on avance dans la vie, un désir qui nous parait nécessaire ; cela veut dire que nous devons demander au Christ qu’Il nous aide à nous repentir car tout seuls nous n’y arriverons pas, pas suffisamment en tout cas ; le repentir est une grâce qui s’obtient par la prière, par les larmes, dans le souci d’aimer le Seigneur de tout notre coeur et de toute notre âme ; alors c’est un long chemin qui s’ouvre et que le Seigneur ouvre en disant « repentez-vous, commencez ». D’ailleurs Jean le Baptiste avait commencé à préparer tous ceux qui le souhaitaient à la venue du Christ en disant aussi : « Repentez-vous » ; le baptême de Jean était un baptême de repentir, cette plongée dans l’eau que le Christ acceptera pour Lui-même alors qu’Il n’avait aucun péché et pour que nous soyons sauvés de ce péché ; en se plongeant dans l’eau, ceux qui venaient se faire baptiser par Jean laissaient dans l’eau toutes leurs faiblesses et ensuite en remontant essayaient de rester dans cet état ; avec le Seigneur Jésus, tout devient possible ; à chaque fois que nous tombons, à chaque fois que nous chutons, que nous faiblissons, au lieu d’être inquiets, angoissés, tristes, il faut simplement nous tourner vers Jésus, nous tourner vers Lui et Lui dire : « Oui, j’ai péché, j’ai péché contre Toi, aie pitié », alors Il nous donnera la grâce du repentir ; nous pourrons la prendre, nous pourrons la goûter car entrer dans le repentir entraîne une joie intérieure, la joie que le Seigneur est avec nous, qu’Il nous prend par la main pour nous conduire sur le chemin du repentir ; nous ne sommes plus seuls à lutter contre les tentations démoniaques et à lutter contre nos passions : Il est avec nous, Dieu est avec nous ; il ne faut pas avoir peur du repentir ; nous commettons tous des fautes à cause de notre nature déchue d’une part et à cause de notre faute personnelle d’autre part mais justement le Seigneur nous a dit : « Venez à moi, vous tous qui peinez » ; car le péché nous peine, nous avons le cœur triste mais « Venez à Moi vous tous qui peinez, je vous soulagerai ». C’est Lui qui l’a dit ; s’Il l’a dit il nous faut le croire et le vivre, ne pas avoir peur ; avoir peur de son péché c’est encore une tentation nouvelle que le démon suscite pour nous désespérer ; il faut se méfier de cela ; certes si nous avons commis des grandes fautes il est nécessaire d’aller voir le prêtre et de recevoir la bénédiction du Seigneur pour être lavé ; c’est le sacrement qui nous est proposé pour entrer encore d’avantage dans le repentir mais lorsque nous communions au Corps et au Sang du Christ, si nous n’avons pas commis de fautes graves, cette communion nous lave de toute faute et à ce moment-là nous sommes réconciliés avec Dieu, en harmonie avec son amour ; bien sûr il nous faut être conscients de ce que nous vivons : c’est pour cela que nous disons les prières avant et après la Communion pour que notre esprit comprenne que nous sommes indignes certes, tous, moi comme vous ; mais si on attendait la dignité pour entrer dans l’église, il n’y aurait personne mais si nous acceptons de dire au Seigneur : « Je suis indigne », de nous rappeler comment Il a reçu tous ces indignes du temps de son Incarnation sur terre où Il accueillait les pécheurs, Il leur pardonnait, mieux Il les aimait, Il aimait beaucoup être au milieu d’eux et Il ne condamnait personne de ceux qui venaient vers Lui, même Zachée qui s’était caché dans un arbre pour voir qui était ce personnage qu’on appelait Jésus, thaumaturge, prophète, Jésus est allé le chercher ; il y avait des centaines et des centaines de personnes autour de Lui, le seul à qui Il s’est intéressé c’était Zachée parce qu'il était dans le péché et qu’il voulait que Zachée change, retrouve l’harmonie avec Dieu dans l’amour ; alors au lieu de lui dire : « Descends car tu es un pécheur » - ce n’est pas le genre du Seigneur, – Il lui dit « Descends Zachée et va me préparer à manger chez toi » ; c’est la manière de faire du Seigneur : Il nous appelle au repentir et c’est en l’écoutant au cours de ce repas que Zachée va prendre conscience de ses fautes ; sans que le Seigneur lui dise quoi que ce soit, il se proposera de rendre tout l’argent qu’il a volé et de distribuer ses biens à ceux qui en ont besoin. Voilà comment le Seigneur s’y prend. Donc n’ayons pas peur du repentir ; il y aura des moments où le Seigneur nous fera signe, ce sera le moment d’accueillir sa grâce et de nous laisser prendre par la main par Celui qui nous conduit vers la Vie éternelle là où nous gouterons l’amour parfait en harmonie parfaite avec la Sainte Trinité.
Amen